«Les misérables» de Ladj Ly: «J’ai toujours considéré ma caméra comme une arme»

« On continuera à témoigner de cette situation jusqu’à ce que  les choses bougent. Le rôle d’un artiste est là. »
« On continuera à témoigner de cette situation jusqu’à ce que les choses bougent. Le rôle d’un artiste est là. » - D.R.

Depuis notre rencontre avec Ladj Ly à Bruxelles il y a une dizaine de jours, Emmanuel Macron a vu son film. Et, selon le Journal du dimanche, le président français, bouleversé par la justesse de l’œuvre, a demandé au gouvernement de se dépêcher de trouver des idées et d’agir pour améliorer les conditions de vie dans les quartiers. C’est depuis mai dernier, quand le film a été présenté en compétition au Festival de Cannes, que l’invitation avait été lancée en plus haut lieu. Ladj Ly nous avouera qu’il fut invité à montrer Les misérables à l’Elysée mais qu’il avait décliné, proposant au président de venir le voir à Montfermeil, là où il a grandi, là où il a filmé. Question de sens. Finalement, il lui a envoyé un DVD…

Votre film est le candidat français pour l’Oscar du film étranger. De Cannes aux USA, que vous renvoient les spectateurs ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct