«J’ai plus d’amis aux parents séparés que l’inverse»

Jérôme
: «
C’est plus simple quand on n’a qu’une maison
Jérôme : « C’est plus simple quand on n’a qu’une maison

Les gens heureux n’ont pas d’histoire, dit-on. A 17 ans, Jérôme vit parfaitement sa situation d’« enfant du divorce », dans un milieu certes privilégié. Des histoires, il en faisait bien il y a quelques années, vers l’âge de 14 ans. A l’époque, il faisait « beaucoup de bêtises », résume-t-il pudiquement, et ses relations avec son père étaient compliquées. Quand ses parents s’étaient séparés, une garde alternée avait été décidée. Il avait alors six ans, trop jeune pour être consulté. Il y a quelques années, suite à ses « bêtises », ses parents optent pour un hébergement principal chez sa mère, et un week-end sur deux chez son père, qui a eu deux autres enfants avec sa nouvelle compagne. « Ma mère pensait que changer de maison chaque semaine rendait les choses plus difficiles pour moi, raconte-t-il. Ils ont donc décidé ensemble de changer le mode de garde et cela ne m’a pas posé de problème. Je préfère même la situation actuelle. C’est plus simple quand on n’a qu’une maison. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct