«Bien encadré, Kyrgios ne fait pas de conneries»

©AFP
©AFP

C’est le phénomène Nick Kyrgios (toujours en sursis côté ATP pour ses frasques comportementales) qui ouvrira le bal contre la Belgique (et sans doute Steve Darcis), ce mercredi dès 18h. 30e mondial à 24 ans, le talent le plus fou de l’Australie, a bien été repris par Lleyton Hewitt avec qui il entretient une relation amour-haine, et ce malgré, un arrêt de presque 2 mois en compétition (il a joué seulement deux matches après l’US Open). « Je l’ai rencontré à Indian Wells, en début de saison (mars), on a parlé de pas mal de choses, et Nick était bien décidé à tout faire pour revenir dans l’équipe », commente Hewitt. « Et une chose dont je suis vraiment très fier à son propos, cette année, c’est qu’il est sorti de son confort et a fait preuve d’un bel engagement envers l’équipe. Il a fait ce que j’attendais de lui en vue de cette Coupe Davis. Légèrement blessé, il a mis un terme prématuré à sa saison en Asie afin de se soigner et d’être en pleine forme. C’était l’objectif qu’il s’était fixé. À l’arrivée, je le sens très motivé ! »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct