Dans la lagune de Venise, tout le monde a oublié l’île-digue de Pellestrina

La basilique Saint-Marc. «
Le problème, c’est que les monuments rapportent de l’argent et que les pauvres gens en coûtent.
»
La basilique Saint-Marc. « Le problème, c’est que les monuments rapportent de l’argent et que les pauvres gens en coûtent. » - Reuters

Nous sommes sous eau, les enfants. » Le 12 novembre au soir, il n’a fallu que cinq minutes à la lagune pour submerger Pellestrina. L’île des pêcheurs, une portion de terre donnant sur Chioggia, tout comme le Lido et Alberoni, est la digue qui sauve Venise de la catastrophe depuis des siècles. « L’eau est montée jusqu’à deux mètres », assure Domenico Gorin, un des 400 pères de famille qui vit ici de la pêche au crabe et au bar. « La vague nous suivait alors que nous courions vers la plage. Nous en sommes réduits à fuir comme des rats : après une vie en mer, j’ai vu la mort en face. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct