Le son pur et éthéré du label ECM envoûte depuis 50 ans

Manfred Eicher, 76 ans
: «
Respecter le musicien et sa musique. 
»
Manfred Eicher, 76 ans : « Respecter le musicien et sa musique. » - Bart Babinski.

Vous placez un disque d’ECM sur la platine et ce que vous entendez d’abord, c’est cinq secondes de silence. C’est un des credo de Manfred Eicher, qui a créé le label il y a cinquante ans. Il veut d’abord que l’auditeur puisse faire le vide avant de lancer la musique. « ECM, c’est le son le plus beau après le silence », disait-il. C’est déjà la preuve d’un traitement particulier de la musique. Comme le soin apporté aux pochettes : chaque album est une œuvre d’art, pour la vue et l’ouïe. Et c’est ce qu’il a voulu en fondant Editions of Contemporary Music en 1969 et en gravant son premier album avec le pianiste américain Mal Waldron, qui vivait alors à Munich.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct