A la vie, à la mort Passer l’arme à gauche, et la morale à droite

Pietro Pizzuti et Alexandre Von Sivers campent deux papys qui font de la résistance devant leur «
compostage
» programmé.
Pietro Pizzuti et Alexandre Von Sivers campent deux papys qui font de la résistance devant leur « compostage » programmé. - Alice Piemme

Croissance démographique exponentielle, ressources naturelles qui s’amenuisent : face à cette équation problématique pour le futur, Bernard Cogniaux et Pierre-André Itin imaginent une solution aux relents dystopiques : Et si les vieux se portaient volontaires pour mourir afin de réaliser des économies sur le paiement des retraites et réinvestir cet argent dans les projets durables de jeunes entrepreneurs ? Dans A la vie, à la mort, le concept devient Ecothanasia et vient cueillir deux personnages dans la fleur de l’âge, secoués par les implications morales de ce nouveau mode d’« écologie sociale ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct