CD&V, N-VA et Vlaams Belang montent au créneau contre la proposition de loi IVG

Parmi les défenseurs de la dépénalisation de l’avortement, Sophie Rohonyi (Défi) a dénoncé le caractère «
indigne et inacceptable
» des débats, des «
propos caricaturaux et infantilisants
».
Parmi les défenseurs de la dépénalisation de l’avortement, Sophie Rohonyi (Défi) a dénoncé le caractère « indigne et inacceptable » des débats, des « propos caricaturaux et infantilisants ». - BELGA.

Les débats ont été particulièrement houleux ce mercredi en commission justice de la Chambre. Il était en effet question de la proposition de loi amendée conjointement par huit partis afin de dépénaliser complètement l’avortement. Ce texte prévoit en effet de supprimer les sanctions pénales à l’égard des femmes et des médecins (en cas de non-respect des conditions de la loi), d’allonger le délai de 12 à 18 semaines de grossesse et de réduire le délai dit « de réflexion », soit entre le premier rendez-vous et l’intervention, de 6 jours à 48 heures. La semaine dernière, le texte était déjà à l’ordre du jour mais avait été reporté en raison de la prise en compte d’une proposition votée comme urgente en plénière (la proposition sur les bracelets anti-rapprochement pour les auteurs de violences conjugales).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct