Gordon Sondland, un tournant dans la procédure de destitution

Gordon Sondland, sous ses airs affables, incarne le véritable ADN de l’administration Trump. Le prototype de ces entrepreneurs du secteur privé attirés par la révolution populiste contre les élites de Washington, et mus par un désir impérieux «  d’en être  », au point de contribuer 1 million de dollars à la cérémonie d’investiture du 45e président des Etats-Unis, le 20 janvier 2017. Il avait obtenu en retour le titre d’ambassadeur auprès de l’Union européenne. Sondland n’était ni un conspirateur de «  l’État profond  » honni, ni un «  nevertrumper  » (Jamais Trump). Il a pourtant «  trahi

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct