Erik Orsenna au «Soir»: «Nous avons perdu la gaieté»

«
J’ai pris un plaisir infini à écrire ce livre.
»
« J’ai pris un plaisir infini à écrire ce livre. » - Bernard Malussière.

Entretien

Beaumarchais, c’est Le Barbier de Séville et Le Mariage de Figaro, bien sûr. Mais ce serait une erreur de réduire Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, née en 1732 et mort en 1799, à ces deux pièces de théâtre d’ailleurs toujours jouées aujourd’hui. L’homme est bien plus mosaïque que cela. En parfait représentant du XVIIIe siècle, il tâte de tout, et avec talent : inventif horloger, maître de musique des filles de Louis XV, lieutenant-général des chasses, créateur et administrateur de la Compagnie des eaux, promoteur immobilier, armateur, marchand d’armes, espion. Un aventurier, certes, mais qui intervint dans la guerre d’indépendance des Etats-Unis, qui édita les œuvres complètes de Voltaire et qui établit le droit qui protège les auteurs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct