Terrorisme: les banquiers des institutions sensibles bientôt surveillés

Les données concernées proviennent de la police, des services de renseignement, ou encore du Registre national.
Les données concernées proviennent de la police, des services de renseignement, ou encore du Registre national. - Belga

Alors que les Européens se demandent comment se protéger d’attaques informatiques étrangères contre leurs banques et leurs marchés financiers, la Banque nationale belge (BNB) met la dernière main à la liste des noms et des fonctions considérées comme « sensibles » des institutions financières du pays à transmettre à l’Autorité nationale de sécurité (ANS). Cette dernière procèdera alors à des contrôles de sécurité sur ces personnes. Cela signifie rassembler les informations sur leur casier judiciaire, les données policières générales qui les concernent, y compris internationales, telles que d’éventuelles plaintes ou enquêtes en cours, les informations collectées par les services de renseignement, celles du Registre national, du registre d’attente des étrangers ou encore « d’autres données », précise le texte. Les banques belges s’attendent à une communication officielle sur le sujet par la BNB au début 2020, mais cette dernière ne sait pas encore quand ce « screening » sera opérationnel dans le secteur financier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct