Munitions de guerre dans les eaux anversoises: la pêche à l’aimant interdite

Munitions de guerre dans les eaux anversoises: la pêche à l’aimant interdite
AVPRESS

La Ville d’Anvers a pris un règlement de police visant à interdire la pêche à l’aimant, a indiqué l’administration communale vendredi. Cette mesure a été prise après enquête du service de déminage de l’armée (SEDEE) et de la police locale d’Anvers qui ont précisé que de nombreuses munitions de guerre non explosées se trouvaient dans les eaux anversoises.

Le bourgmestre Bart De Wever avait déjà, l’été dernier, édicté une interdiction temporaire de la pêche à l’aimant mais cette fois-ci elle est définitive. Il avait pris cette décision après la découverte d’obus au fort de Merksem par des pêcheurs à l’aimant. Le service de déminage avait dû intervenir.

« Il y a des risques de découvrir des munitions de guerre dans d’autres points d’eau de notre ville. Durant et après la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses munitions ont été jetées dans l’eau », explique-t-il.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct