Le spleen des papy-boomers explose

Les papy-boomers ont encore leurs parents, qui les appellent à l’aide, alors qu’ils soutiennent encore les études tardives de leurs grands enfants ou les besoins essentiels des premiers petits-enfants.
Les papy-boomers ont encore leurs parents, qui les appellent à l’aide, alors qu’ils soutiennent encore les études tardives de leurs grands enfants ou les besoins essentiels des premiers petits-enfants. - Sabine Joosten/ Hollandse Hoogte

Ils sont nés entre les années 60 et la fin des années 70. Si leurs parents ont connu les « Trente Glorieuses » de la croissance industrielle, leurs jeux d’enfants se faisaient déjà dans l’écho des fermetures géantes d’entreprises et d’une guerre froide qui n’arrêtait pas de s’échauffer. Ils ont navigué dans les « Trente Piteuses ». Qu’ils aient émergé ou non des écueils des études supérieures, alors en cours de massification, d’un premier emploi, de la fondation d’une famille, ils se retrouvent souvent dans l’expectative. Ils ont encore leurs parents, qui les appellent à l’aide, alors qu’ils soutiennent encore les études tardives de leurs enfants ou les besoins essentiels des premiers petits-enfants. Ce ne sont pas des baby-boomers, mais des papy-boomers.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct