Un riverain après le glissement de terrain à la citadelle de Namur: «Je ne reste pas. De la terre s’écoule sans cesse»

Les riverains restent inquiets quant à la stabilité du sol.
Les riverains restent inquiets quant à la stabilité du sol. - J.-P. D.V.

La cicatrice est bien visible. A la lumière du jour, on découvre des traces de charbon dans la terre excavée dans les flancs de la citadelle de Namur, à hauteur de la rue Saint-Martin. Preuve qu’on avait bien là affaire à des terres de remblais provenant d’une ancienne mine. De la terre s’écoule par moments, ce qui ne rassure guère. Et c’est ce qui explique aussi qu’après une heure trente de réunion avec l’ingénieur en stabilité et la société de terrassement qui a réalisé les travaux, le bourgmestre a décidé de maintenir le dispositif d’urgence mis en place samedi vers 19 h 30. Les propriétaires ou les locataires de trois maisons bordant le chantier sont invités à ne pas retourner dans leur habitation.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct