Crise politique: Bouchez fustige Uyttendaele et de Coorebyter, pas Prévot

Pour Georges-Louis Bouchez, il n’y a pas une impossibilité à s’entendre entre francophones et Flamands.
Pour Georges-Louis Bouchez, il n’y a pas une impossibilité à s’entendre entre francophones et Flamands. - Pierre-Yves Thienpont (Le Soir)

Les propos de Marc Uyttendaele et Vincent de Coorebyter samedi dans nos colonnes, ayant trait à la crise politique, secouent le cocotier belgo-belge. Il pleut des réactions, en tous sens. Georges-Louis Bouchez, candidat à la présidence du MR, en tête. Qui nous fait savoir, pour sa part, combien il est « surpris », « ébahi », dit-il, « par les analyses aventureuses de ces deux grands intellectuels ». Le bleu résume : « Marc Uyttendaele et Vincent de Coorebyter partent en fait d’un postulat : rien ne va plus dans notre pays. Là, ils confondent les éléments conjoncturels et structurels. Il est vrai que l’on connaît certaines difficultés, on n’a toujours pas de gouvernement six mois après les élections, ça ne va pas. Mais ces difficultés conjoncturelles ne traduisent pas, à mon sens, une impossibilité à s’entendre entre francophones et Flamands. Le vrai souci, c’est la montée de populismes, au nord comme au sud, le Belang et le PTB. C’est cela qui est paralysant.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct