«Certains dossiers sont faits par militantisme»

Lors du changement de nomenclature en 2016, ce sont les avocats pratiquant le droit des étrangers qui avaient été particulièrement visés. « La deuxième demande d’asile avait été dévaluée de moitié alors que cela doit se gérer dans l’extrême urgence », explique Me Sybille Gioe, avocate spécialisée à Liège. « Ce genre de demande impose de conclure jusqu’à minuit pour plaider deux jours plus tard… Il s’agissait clairement de décourager les avocats d’en introduire ! ». Un système de ticket modérateur avait aussi été lancé, pour « diminuer la consommation de la justice » : 20 euros pour la désignation d’un avocat puis 30 euros lorsqu’une procédure était introduite. « On devait demander de tels montants à des gens en centre d’accueil qui ne recevaient que 7 euros par semaine pour s’acheter des chaussures en hiver… », se souvient l’avocate. « Ils y parvenaient à quel prix ! En revendant leur téléphone, souvent le dernier objet qui leur restait ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct