Christine, Bruxelles: «Les soins à domicile risquent de mourir par manque de personnel»

Christine, Bruxelles: «Les soins à domicile risquent de mourir par manque de personnel»
Mathieu GOLINVAUX

Seize heures à Bruxelles : l’heure de pointe a déjà commencé. Christine entame sa seconde tournée de la journée, celle de l’après-midi, sous un ciel déjà obscurci par les nuages. Aujourd’hui, il pleut, alors, plus encore que d’habitude, « tout est bouché ». L’infirmière parle en conduisant, au même rythme, semble-t-il, que les essuie-glaces qui s’agitent sur son pare-brise. « La circulation, depuis cinq ans, c’est devenu insupportable dans notre métier. Il peut nous arriver de rester coincées une heure entre deux patients. Sans parler des difficultés à se garer une fois arrivées à destination… »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct