Les syndicats de CP Bourg s'interrogent sur l'avenir de l'entreprise

"On est dans l'incertitude la plus totale. Incontestablement, les chiffres qui ont été communiqués ne sont pas bons", déplore le permanent FGTB Philippe Genin. "En 2017, lors de la vague précédente de licenciements, la direction disait miser sur deux nouveaux produits. Mais ces projets qui étaient alors dans les cartons ne semblent toujours pas au point aujourd'hui, ou en tout cas ne décollent pas. La direction dit qu'elle pense, qu'elle croit, qu'elle espère... On ne comprend pas non plus très bien la logique qui consiste à délocaliser la production tout en gardant seulement le montage ici. Cela veut dire que l'usine pourra moins réagir en cas de souci, elle aura moins de flexibilité", analysait-il lundi soir.

Malgré l'annonce faite il y a quelques semaines par la direction de son intention de supprimer une importante partie des postes d'ouvriers à Ottignies, le personnel continue le travail à ce stade. Une nouvelle réunion entre la direction et les syndicats dans la cadre de la première phase de la loi Renault est prévue au mois de décembre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct