Bruxelles voudrait que les voisins partagent leur électricité verte

Pas besoin d’être un gros producteur pour participer à une communauté
: plusieurs particuliers pourraient s’associer pour vendre le surplus d’électricité verte produite sur leur toit à un tarif préférentiel à des voisins non équipés de panneaux.
Pas besoin d’être un gros producteur pour participer à une communauté : plusieurs particuliers pourraient s’associer pour vendre le surplus d’électricité verte produite sur leur toit à un tarif préférentiel à des voisins non équipés de panneaux. - DR

Partager localement le surplus d’électricité verte produite par des panneaux photovoltaïques, une éolienne ou une unité de cogénération, plutôt que de le réinjecter « bêtement » dans le réseau : c’est le principe de l’autoconsommation collective. Une manière « de promouvoir l’énergie renouvelable pour tous et de créer des initiatives locales », souligne Daphné Benzennou, experte de la transition énergétique locale chez le gestionnaire des réseaux de distribution de gaz et d’électricité Sibelga. En juillet 2018, la révision de l’ordonnance électricité a rendu possible le lancement de projets pilotes d’autoconsommation collective. L’objectif est d’en retirer l’expérience qui permettra de définir ultérieurement le cadre structurel et réglementaire qui permettra de multiplier ces communautés d’énergie sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct