Pénalisation de l’évasion simple: l’idée de liberté face au slogan de la sécurité

Pénalisation de l’évasion simple: l’idée de liberté face au slogan de la sécurité

L’absence persistante de gouvernement de plein exercice lié par un accord de législature, laisse les coudées franches aux majorités circonstancielles et éphémères. Mardi, la Commission de la Justice a bien dû constater que sa proposition de loi « émotionnelle » rendant imprescriptibles les faits de mœurs graves commis contre les mineurs, votée dans la précipitation il y a deux semaines, se devait d’être corrigée dans l’urgence par une « loi réparatrice ». Les députés pressés avaient ignoré qu’en votant ce texte, ils réduisaient aussi la prescription (de 15 à 10 ans) des faits de viols ou d’attentats à la pudeur commis sur un majeur.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct