Une simple meurtrière, sans «message politique»

Une simple meurtrière, sans «message politique»

La condamnation, mardi, par la cour d’assises du Hainaut, de Gaëlle Buisseret, 35 ans, à 12 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son compagnon Steve Depla, rend compte que le crime commis ne fut pas l’effet, comme plaidé par la défense d’un état de femme battue usant de légitime défense.

Les faits s’étaient produits le 29 janvier 2018 à Trivières. Gaëlle Buisseret et Steve Depla qui partageaient depuis 6 mois une cohabitation faite d’alcool, de drogues et de violences réciproques, s’étaient séparés. Le jour des faits, Steve Depla, prié antérieurement de quitter le domicile de Gaëlle Buisseret, était venu récupérer sa carte d’identité et quelques affaires. Le ton entre les deux monta, comme à l’accoutumée. Buisseret s’en alla chercher dans la cuisine le couteau avec lequel elle venait de découper la pizza servie à ses deux jeunes enfants.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct