La FGTB réfute les contre-vérités patronales sur le salaire minimum et appelle à négocier

Une proposition de loi en ce sens a été évoquée mercredi en commission des Affaires sociales à la Chambre. Elle est "inacceptable et économiquement destructrice", s'insurgent les organisations patronales FEB, UNIZO, Boerenbond et UCM, selon lesquelles la mesure représenterait une "hausse de 40% par rapport aux salaires minimums actuels".

Dans une réaction, la FGTB évoque un "flot de contre-vérités". "Augmenter le salaire minimum ne va pas plonger notre économie dans le chaos", rétorque-t-elle. Le syndicat s'appuie sur une étude portant sur 19 pays de l'OCDE et couvrant la période allant de 1983 à 2013, qui a conclu que, indépendamment de la situation économique ou de la période sur laquelle porte la mesure, il n'y a pas d'impact négatif sur l'emploi avec une augmentation du salaire minimum. Une autre étude américaine et le ministère allemand de l'Économie sont parvenus aux mêmes conclusions en 2017, souligne-t-il encore.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct