Israël: au Likoud, la guerre de succession a commencé

Binyamin Netanyahou garde un noyau dur de partisans
: au Likoud, la fidélité au chef est pratiquement inscrite dans l’ADN du parti.
Binyamin Netanyahou garde un noyau dur de partisans : au Likoud, la fidélité au chef est pratiquement inscrite dans l’ADN du parti. - Jack Guez/ AFP.

Depuis l’inculpation de Binyamin Netanyahou en fin de semaine dernière, la scène politique israélienne se déchire. La gauche et le centre réclament la démission immédiate du Premier ministre tandis que le noyau dur de ses partisans et le bloc de droite, qui le suit fidèlement depuis les dernières élections, reprennent le mantra de leur leader, dénonçant un « coup d’état judiciaire ». Comprenez un complot fomenté par des juges corrompus, qui auraient juré de livrer la tête du « roi Bibi » sur un plateau à la gauche.

Au Likoud, la fidélité au chef est pratiquement inscrite dans l’ADN : le grand parti de la droite israélienne n’a eu que quatre leaders depuis sa création. Le soutien de façade à Netanyahou qui prévalait jusque-là commence pourtant à se fissurer. A la tête de cette rébellion, un homme, Gideon Saar, s’imagine prendre la place de « Bibi ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct