Dix mois de prison avec sursis requis contre Luc Besson pour avoir licencié son assistante de direction

Dix mois de prison avec sursis requis contre Luc Besson pour avoir licencié son assistante de direction
AFP

Une peine de 10 mois de prison avec sursis a été requise contre le cinéaste Luc Besson pour avoir licencié, en 2018, l’assistante de direction de sa société EuropaCorp alors qu’elle était en arrêt maladie, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Bobigny.

Le réalisateur était absent mercredi à l’audience devant le tribunal correctionnel de Bobigny où il était cité à comparaître pour « discrimination fondée sur l’état de santé », a indiqué le parquet.

En octobre 2017, l’assistante de direction de Luc Besson fait une demande, à deux reprises, pour des congés que ce dernier refuse. « Lassée du harcèlement qu’elle subit depuis des années », elle se met en arrêt maladie, explique à l’AFP Me Mathieu Brulé, son avocat.

L’assistante de direction est alors licenciée pour « faute grave » le 9 janvier 2018 sur la base de cet arrêt de travail qui est qualifié de « frauduleux » par Luc Besson.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct