La F1 oscille toujours entre talent et fortune

©News
©News

Le constat est aussi vieux que les sports mécaniques : pour s’illustrer en Formule 1 mais aussi, dans une moindre mesure, en WRC ou en MotoGP, il faut d’abord passer par la case tiroir-caisse. Sortir des liasses plus ou moins épaisses et prier que ce statut de pilote payant dure le moins longtemps possible.

Les surdoués, les extraterrestres sont repérés par leur Fédération (Loeb, Ogier, Neuville), un sponsor important (Repsol pour Marquez, Red Bull pour Vettel ou Verstappen) ou un mécène (Ron Dennis a aidé Hamilton dès sa plus tendre enfance).

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct