Liège et la Wallonie, je t’aime moi non plus

De part et d’autre de la Meuse, Liège veut voir briller sa métropole, unique en son genre en Wallonie. © Belga.
De part et d’autre de la Meuse, Liège veut voir briller sa métropole, unique en son genre en Wallonie. © Belga.

La Cité ardente en a avalé son peket de travers. Le 17 octobre, Jean-Pascal Labille disait au Soir  : « Le repli identitaire liégeois est hallucinant. On ne réglera pas le problème de Liège en se refermant sur soi-même. » Le secrétaire général de Solidaris, ancien ministre fédéral, commentait alors les développements de l’affaire Nethys, dénonçant au passage le « déni » principautaire qui ferait de sa ville la victime d’un grand complot wallon.

Les critiques ont fusé en bord de Meuse : « Labille n’est pas un vrai Liégeois », a-t-on entendu. Ainsi va Liège, semble-t-il : on l’aime ou on se tait. Et surtout, si on est liégeois, on prend sa défense dans les rapports tumultueux qu’entretient la ville avec la Wallonie.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct