Liège et la Wallonie, je t’aime moi non plus

De part et d’autre de la Meuse, Liège veut voir briller sa métropole, unique en son genre en Wallonie. © Belga.
De part et d’autre de la Meuse, Liège veut voir briller sa métropole, unique en son genre en Wallonie. © Belga.

La Cité ardente en a avalé son peket de travers. Le 17 octobre, Jean-Pascal Labille disait au Soir  : « Le repli identitaire liégeois est hallucinant. On ne réglera pas le problème de Liège en se refermant sur soi-même. » Le secrétaire général de Solidaris, ancien ministre fédéral, commentait alors les développements de l’affaire Nethys, dénonçant au passage le « déni » principautaire qui ferait de sa ville la victime d’un grand complot wallon.

Les critiques ont fusé en bord de Meuse : « Labille n’est pas un vrai Liégeois », a-t-on entendu. Ainsi va Liège, semble-t-il : on l’aime ou on se tait. Et surtout, si on est liégeois, on prend sa défense dans les rapports tumultueux qu’entretient la ville avec la Wallonie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct