Soudan du Sud: le gouvernement d’union nationale en rade

Salva Kiir (à dr.) et RiekMachar - ici, le 19 octobre dernier à Juba - n’ont pas réussi à constituer dans les délais un gouvernement provisoire d’union nationale revitalisé.
Salva Kiir (à dr.) et RiekMachar - ici, le 19 octobre dernier à Juba - n’ont pas réussi à constituer dans les délais un gouvernement provisoire d’union nationale revitalisé. - Reuters.

Le tweet de Mike Pompeo est passé inaperçu mais le message est clair. L’ambassadeur des Etats-Unis au Soudan du Sud, Thomas Hushek, a été « rappelé à Washington pour consultations » le 25 novembre. La raison invoquée par le Secrétaire d’Etat américain ? Le fait que les parties (Salva Kiir et Riek Machar) n’aient pas réussi à constituer dans les délais un gouvernement provisoire d’union nationale revitalisé. Le message diplomatique est limpide : les Etats-Unis ne sont pas contents.

Le soutien américain au plus jeune Etat de la planète (le Soudan du Sud est indépendant depuis juillet 2011) est pourtant très important pour le président Salva Kiir et le vice-président Riek Machar. Malgré les efforts déployés, les deux hommes campent sur leurs positions.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct