En Afghanistan, Trump annonce la reprise des pourparlers de paix avec les talibans

Donald Trumps s’est prêté à un bain de foule, à la base aérienne de Bagram.
Donald Trumps s’est prêté à un bain de foule, à la base aérienne de Bagram. - AFP

Le secret avait été bien gardé : officiellement, Donald Trump devait célébrer la fête traditionnelle de Thanksgiving dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride. Sa journée de mercredi avait même commencé par un bol d’air sur son parcours de golf et quelques tweets acerbes contre ses adversaires démocrates. Rien que de très normal pour le locataire du Bureau ovale, en pleine campagne de réélection et dans le maelstrom de la procédure de destitution intentée contre lui au Congrès. C’est alors qu’un appareil militaire l’a discrètement exfiltré de la « Maison-Blanche d’hiver », à l’insu de ses convives, pour l’emmener mercredi soir à la base d’Edwards, près de Washington, où l’attendait un long vol de 13 heures avec escale en Allemagne, à bord d’Air Force One, puis d’un autre appareil de ligne, moins reconnaissable celui-là. Destination Kaboul, la capitale afghane, et la base aérienne de Bagram à 80 km plus au nord, atteinte tous feux éteints jeudi à 20h30 locales.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct