Carte blanche: perte de repère ou discrimination, chronique d’un désaveu

Selon le COIB, s’agit de punir Israël, une nation avec laquelle la Belgique entretient d’excellentes relations culturelles.
Selon le COIB, s’agit de punir Israël, une nation avec laquelle la Belgique entretient d’excellentes relations culturelles. - Reuters

Comment s’assurer que les citoyens et les entreprises perdent foi en la politique ?

En adoptant des postures imprévisibles, incohérentes et inefficaces. Comme avec la mission économique en Israël et dans les territoires palestiniens qui a été, au dernier moment, désavouée.

L’imprévisibilité d’abord.

Une mission économique était prévue en Israël et dans les territoires palestiniens en décembre. À quelques jours du voyage de prospection d’entreprises belges, la presse se fait l’écho de certaines réserves émises par des élus, essentiellement de gauche et d’extrême gauche. En quelques jours, on assiste à un véritable volte-face gouvernemental : la mission économique est tout simplement annulée.

Les gouvernements wallons et bruxellois sont donc imprévisibles. Sont-ils au moins cohérents ?

Il s’agit apparemment de faire preuve de réserve face à des violations des droits de l’homme.

Parle-t-on des violations commises par les terroristes palestiniens, ou à l’intérieur de leurs territoires, des violences faites aux femmes et aux minorités sexuelles ? Pas du tout, il s’agit de punir Israël, une nation avec laquelle la Belgique entretient d’excellentes relations culturelles, académiques, scientifiques, économiques, et qui a offert son expertise sécuritaire après les attentats qui ont ensanglanté notre pays.

Mais peut-être puis-je être fier de mon pays qui défend partout une certaine conception de la justice ? Après tout, si la Belgique adopte cette position envers Israël, pays démocratique et allié, elle doit certainement avoir une posture plus dure encore envers les régimes dits autoritaires ou dictatoriaux ? L’Arabie Saoudite ? C’est l’un de nos meilleurs clients en matière d’armement. L’Iran ? « Il faut développer le marché et lever les sanctions. » La Chine ? Les mêmes gouvernements wallons et bruxellois en reviennent – une mission économique s’y achève il y a quelques jours. La Turquie ? On y a prévu des missions économiques, bien sûr.

Les gouvernements wallons et bruxellois sont donc incohérents. Sont-ils au moins efficaces ?

Malheureusement, c’est tout le contraire : les entreprises belges sont les seules pénalisées par cette mesure.

Dénoncer

En réalité, le désaveu de cette mission économique n’est qu’un symptôme : en Europe et ailleurs, on semble vouloir étiqueter, isoler, boycotter. Ceci alors que les partisans les plus violents de cette ostracisation en reviennent. Des intellectuels palestiniens, des pays du Golfe et d’autres nous interpellent en disant : « Cela nous nuit et cela ne sert à rien. »

L’ostracisation, c’est le contraire de ce qu’il faut faire avec des régimes alliés. Il faut créer des ponts entre les peuples, entre les cultures, entre les savoirs et entre les économies.

Pourquoi faire le contraire ? Au mieux par opportunisme, au pire par conviction.

S’il s’agit d’opportunisme politique, on peut l’assumer mais il ne faudra plus se plaindre de la communautarisation de nos sociétés. A force de céder à des intérêts de groupes particuliers, on divise la société, alors qu’il faut la réunir sur des projets communs.

S’il s’agit de conviction, elle est antisémite lorsqu’elle s’attaque avec acharnement au seul Etat juif, elle est discriminatoire lorsqu’elle vise, obsessionnellement, les ressortissants d’une seule nation.

Rien ne peut donc justifier valablement cette action politique imprévisible, incohérente et inefficace.

C’est pourquoi le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique la dénonce. Nous espérons que tous nos concitoyens la dénonceront également.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct