Pourquoi nous allons continuer la grève!

De gauche à droite
: Adélaïde Charlier, Greta Thunberg et Anuna De Wever.
De gauche à droite : Adélaïde Charlier, Greta Thunberg et Anuna De Wever. - Belga.

Depuis plus d’un an, les enfants et les jeunes du monde entier font la grève pour le climat. Nous avons lancé un mouvement qui a défié toutes les attentes, avec des millions de personnes qui ont prêté leur voix – et leur corps – à la cause. Nous l’avons fait non pas parce que c’était notre rêve, mais parce que nous n’avons trouvé personne d’autre qui prenne des mesures pour protéger notre avenir. Et malgré le soutien verbal reçu par de nombreux adultes – y compris de certains leaders les plus puissants du monde – à ce jour, nous attendons toujours ceux qui prendront ces mesures.

Faire la grève n’est pas une activité qui nous amuse ; nous le faisons parce que nous ne voyons pas d’autres options. Nous avons vu se dérouler plusieurs conférences sur le climat organisées par les Nations Unies. D’innombrables négociations ont abouti à des engagements encourageants de la part de gouvernements du monde entier et pourtant ceux-ci se révèlent vains. En effet, ces mêmes gouvernements permettent aux entreprises de combustibles fossiles de poursuivre leurs forages de puits de pétrole, de gaz et ainsi de brûler notre avenir pour leur propre profit.

Les politiciens et les entreprises de combustibles fossiles sont au fait de la crise climatique depuis des décennies. Et pourtant, les politiciens ont laissé ces entreprises continuer à exploiter les ressources de notre planète et détruire ses écosystèmes dans une quête effrénée de l’argent rapide et facile tout en menaçant notre propre existence.

Les scientifiques sonnent l’alarme

Vous doutez de la parole des jeunes ? Mais ce sont les scientifiques qui sonnent l’alarme. Ils avertissent que nous sommes très loin d’atteindre la limite d’augmentation de 1,5 º C au-dessus des niveaux préindustriels, seuil au-delà duquel les effets les plus destructeurs du changement climatique seraient déclenchés.

Pire encore, des recherches récentes montrent que nous sommes sur le point de produire 120 % de combustibles fossiles de plus en 2030 par rapport à ce qui serait compatible avec la limite de 1,5 ºC. La concentration de gaz à effet de serre qui réchauffe le climat dans notre atmosphère a atteint un niveau sans précédent sans aucun signe de ralentissement. Même si les pays respectaient leurs engagements actuels en matière de réduction des émissions, nous nous dirigeons vers une augmentation de 3,2 º C.

Nous les jeunes, portons le poids des échecs de nos dirigeants. Les recherches montrent que la pollution résultant de la combustion d’énergies fossiles est la principale menace mondiale pour la santé des enfants. Rien que ce mois-ci, cinq millions de masques ont été distribués dans des écoles de New Delhi, capitale de l’Inde, en raison du smog toxique. Les combustibles fossiles étouffent littéralement notre vie.

Les scientifiques réclament une action urgente et nos dirigeants continuent de l’ignorer. Nous allons donc continuer à nous battre !

Nos voix se font entendre

Après un an de grève, nos voix se font entendre. Nous sommes invités à parler dans les couloirs du pouvoir. Aux Nations-Unies, Greta s’est adressée à une salle remplie de dirigeants mondiaux. Au Forum économique mondial de Davos, elle a rencontré des premiers ministres, des présidents et même le pape. Chacune, nous avons aussi rencontré des leaders européens. Nous avons passé des centaines d’heures à participer à des panels et à parler à des journalistes et à des cinéastes. Nous avons reçu des récompenses pour notre activisme.

Nos efforts ont contribué à faire avancer le débat sur le changement climatique. Les gens discutent maintenant de plus en plus de la crise à laquelle nous sommes confrontés, non pas intérieurement, mais publiquement et avec un sentiment d’urgence. Les sondages confirment l’évolution des perceptions. Une étude récente a montré que dans sept des huit pays inclus dans le sondage, le changement du climat est considéré comme le problème le plus important auquel le monde est confronté. Une autre étude a confirmé que les écoliers avaient ouvert la voie en matière de sensibilisation.

Dénoncer l’hypocrisie

Face à l’évolution de l’opinion publique, les dirigeants du monde déclarent également nous avoir entendus. Ils disent qu’ils sont d’accord avec notre demande d’action urgente pour faire face à la crise climatique. Mais ils ne font rien. Alors qu’ils se rendent à Madrid pour la 25e session de la Conférence des Parties (COP25) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, nous dénonçons cette hypocrisie.

La quatrième grève mondiale pour le climat s’est tenue le 29 novembre dernier et de nombreuses autres manifestations auront lieu le 6 décembre prochain durant la COP. En Belgique, nous appelons à une chaîne humaine pour le climat le dimanche 8 décembre à Bruxelles. Les écoliers, les jeunes et les adultes du monde entier s’uniront pour demander à nos dirigeants d’agir parce que c’est une question de survie pour le vivant.

Cette action doit être puissante et de grande envergure. Car la crise climatique ne concerne pas que l’environnement. C’est une crise des droits de l’homme, de justice et de volonté politique. Les systèmes d’oppression coloniaux, racistes et patriarcaux l’ont créée et alimentée. Nous devons tous les démanteler. Nos dirigeants politiques ne peuvent plus se dérober à leurs responsabilités.

Certains disent que la conférence de Madrid n’est pas très importante ; les grandes décisions seront prises à la COP26 à Glasgow l’année prochaine. Nous ne sommes pas d’accord. Comme le prouve la science, nous n’avons pas un seul jour à perdre.

Nous nous ferons de plus en plus bruyants

Nous avons appris que si nous ne réagissons pas, rien ne bougera. Nous allons donc poursuivre nos actions ! Nous maintiendrons un rythme de grèves, de manifestations ou d’actions. Nous nous ferons de plus en plus bruyants. Nous ferons tout ce qu’il faudra pour convaincre les responsables politiques de rejoindre les demandes très claires énoncées par les scientifiques.

Les actions collectives font de l’effet, nous l’avons prouvé. Pour arriver à un réel changement, nous avons besoin que chacun participe au mouvement de résistance du climat. Nous ne pouvons pas nous contenter de dire que le climat est important, nous devons agir.

Rejoignez-nous. A la marche de Madrid ou à celle de votre ville, montrez à votre entourage, à l’industrie des énergies fossiles et aux responsables politiques que vous n’accepterez plus l’inaction sur la question climatique. Si on agit en nombre, nous avons une chance d’y arriver !

Aux responsables politiques qui se rendent à Madrid, notre message est simple : tous les yeux des générations futures vous regardent. Agissez en conséquence.

Ce texte est aussi signé par Luisa Neubauer (Allemagne), Evan Meneses (Australie) et Hilda Flavia Nakabuye (Fridays for Future Ouganda). Les intertitres sont de la rédaction.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct