Une fausse université pour alpaguer des étudiants étrangers

Un ministère qui fait de l’intox.
Un ministère qui fait de l’intox. - Reuters.

Le piège était parfait : une université au blason rouge et bleu, barré du slogan latin Scientia et labor (science et travail), un site internet attractif, un compte Twitter, des cours de business orientés sur le partenariat entreprises et une certification fédérale offrant aux étudiants la possibilité d’obtenir un visa de travail de longue durée. Même les frais d’inscription étaient crédibles, entre 8.500 et 11.000 dollars l’année. Depuis sa naissance, certes récente, fin 2015, l’université de Farmington Hills, dans les faubourgs de Détroit (Michigan), avait réussi à attirer près de 600 postulants, pour l’essentiel de nationalité indienne, aimantés par les précieux visas permettant aux non-résidents américains de prolonger leur séjour.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct