Climat: parler c’est bien, oser porter le fer c’est indispensable

Climat: parler c’est bien, oser porter le fer c’est indispensable
EPA.

En décembre 1995, à l’ouverture de la première COP – le premier sommet mondial sur le climat, à Berlin – la concentration de CO2 dans l’atmosphère terrestre atteint 360,68 parties par million. Cinq ans se sont écoulés depuis le premier rapport du Giec qui établit avec certitude la réalité du réchauffement climatique, relève l’augmentation « considérable » des gaz à effet de serre d’origine humaine et souligne que le CO2 est responsable de plus de la moitié de l’augmentation de l’effet de serre. Sa conclusion : il faut réduire de 60 % les émissions humaines de CO2. Les meilleurs experts internationaux ne font alors que décrire ce que beaucoup de scientifiques disent depuis plus d’une quinzaine d’années et que l’on sait pertinemment dans les multinationales du pétrole comme Exxon. Mais ce que les premiers clament dans le désert, les seconds sont décidés à le nier pour préserver leurs intérêts. Les politiques restent volontairement ou non dans l’ignorance.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct