Bruno, coach, gourou, sauveur…

Amoureux des livres depuis que, dès sa jeunesse, il a découvert Boris Vian et Jacques Prévert, Bruno Coppens a pris l’habitude, ces dernières années, de prendre la plume pour décliner sa maladie d’humour sur le mode littéraire.

Cet automne, c’est un guide développement « très personnel » que l’olibrius publie, aux éditions Racine (Pour s’élever, il faut d’abord se planter).

De quoi s’agit-il ? D’une méthode en trois clefs, évidemment infaillible, afin de quitter les zones grises du stress et de gagner le paradis de la zénitude. Coppens, coach en chef, s’amuse ici, car c’est une parodie, à jouer les gourous. En nous promettant de transformer « tout échec de vie en réussite totale ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct