Les expérimentateurs sur animaux jouent la transparence

Les expérimentateurs sur animaux jouent la transparence
Photo News

C’est un coup de tonnerre dans le monde de l’expérimentation animale à des fins scientifiques : dix-neuf centres de recherche et entreprises belges s’engagent conjointement à communiquer de manière ouverte sur l’expérimentation animale. C’est important parce que ces acteurs représentent l’essentiel de la recherche animale en Belgique. Après avoir longtemps pratiqué l’adage « pour vivre heureux, vivons cachés », les acteurs ont, semble-t-il, fait le constat que la position n’était plus tenable face à une opinion publique changeante. Qui s’est troublée suite à quelques scandales de laboratoires ne respectant pas le prescrit de la loi, mais aussi par la montée de l’antispécisme. Pour rappel, l’antispécisme est un courant de pensée philosophique qui considère que l’espèce à laquelle appartient un animal n’est pas un critère pertinent pour décider de la manière dont on doit le traiter et de la considération morale qu’on doit lui accorder. L’antispécisme s’oppose au spécisme, qui place l’espèce humaine au-dessus de toutes les autres.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct