Test Pisa: la contre-performance des Belges francophones en lecture

Test Pisa: la contre-performance des Belges francophones en lecture
Mathieu GOLINVAUX

Peut mieux faire… On insiste : « Peut franchement mieux faire »…

De fait, l’élève « Fédération Wallonie-Bruxelles » ne brille guère aux derniers tests Pisa. Il ne brille guère mais il n’est pas non plus dernier de classe. En cherchant bien, on perçoit derrière ses notes très moyennes, des embryons de changement de mentalité, des motifs de satisfaction. Alors que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) livre ce mardi matin les résultats du « Programme international pour le suivi des acquis des élèves » (PISA) administré à tous les élèves de 15 ans en 2018, on peut pleurer sur le piètre bulletin des élèves belges francophones. On peut aussi, dans la veine des adeptes de la pédagogie positive, souligner les raisons d’espérer.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct