Migration: et si on laissait les demandeurs d’asile choisir leur pays d’accueil?

Le problème de l’accueil des migrants reste pendant.
Le problème de l’accueil des migrants reste pendant. - Sylvain Piraux/Le Soir.

En prenant la présidence du Conseil, il y a six mois, la Finlande se fixait pour objectif notable de paver le terrain pour permettre une réforme de la politique migratoire et d’asile européenne jusque-là totalement bloquée. C’est à Helsinki que la France et l’Allemagne ont posé les premières pierres d’un mécanisme de répartition des migrants. A Tampere, que des spécialistes du droit européen de la migration - parmi lesquels plusieurs belges - ont été rassemblés pour tester une série de propositions de réforme. En ressort un programme présenté lundi devant un public épars de députés européens, « De Tampere 20 à Tampere 2.0 » (une référence au Conseil européen de 1999 de Tampere, un des textes fondateurs des principes de la politique migratoire européenne).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct