Être une sardine. Ou ne pas être…

Être une sardine. Ou ne pas être…
Photo News.

Il y a quelques années, la rencontre entre un leader d’extrême droite italien et ses camarades flamands à Anvers aurait donné lieu à une brève, voire rien dans les médias. Parce que ce « sommet » avait de quoi remplir une cabine téléphonique. Aujourd’hui, même si l’envie demeure de ne pas accorder d’attention à cet entre-soi extrémiste, le sentiment a changé au vu d’une nouvelle réalité : les électeurs de ces partis sont de plus en plus nombreux, donnant à leurs leaders à travers l’Europe un poids déterminant et très inquiétant. On ne peut plus banaliser un rassemblement de ces forces qui encouragent au racisme – Salvini –, qui nomment des dirigeants néonazis – l’AfD – ou nourrissent en leur sein des profanateurs de lieux de commémoration juifs – Vlaams Belang.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct