La mobilité, souci n°1 des frontaliers belgo-luxembourgeois

La ligne 162 a connu une perte de fréquentation de 15
% depuis 2012. Travaux incessants, retards, trains annulés n’y sont pas étrangers.
La ligne 162 a connu une perte de fréquentation de 15 % depuis 2012. Travaux incessants, retards, trains annulés n’y sont pas étrangers. - J.-L. B.

Ces derniers mois, des réunions entre des communes des deux Luxembourg ont eu lieu pour envisager les problématiques communes, sous la houlette du Cercle Pierre Werner. Il en ressort que si divers problèmes y ont été soulevés, la mobilité reste le dossier le plus préoccupant. Et sans collaboration entre les deux pays et même quatre si on ajoute la France et l’Allemagne, autres pays pourvoyeurs de travailleurs frontaliers, il subsistera des lacunes importantes. Car si la réalité est implacable actuellement, ce sera encore pire demain puisque les perspectives de croissance et d’embauche sont hallucinantes d’ici 2040-2050 au Luxembourg.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct