Le volontariat, c’est bon pour la santé!

C’est ceux qui s’engagent le plus qui ont le sentiment subjectif d’aller mieux.
C’est ceux qui s’engagent le plus qui ont le sentiment subjectif d’aller mieux. - Jonathan Khalifat.

La leçon de cette histoire fait écho aux proverbes : « aide-toi et le ciel t’aidera » (La Fontaine) ou « un bienfait n’est jamais perdu » (George Sand). Les mutualités chrétiennes et des chercheurs de l’UCLouvain publient les résultats d’une étude sur les liens entre la (bonne) santé et le fait d’être engagé volontaire dans la vie associative. Les scientifiques le savent, nous sommes des animaux sociaux et nous avons besoin des autres pour nous construire. Nous avons besoin de nous sentir aimés, acceptés, compris par d’autres êtres humains. Mais ce sentiment est-il subjectif ou objectif ? Pour le savoir, les chercheurs ont analysé les réponses de 7.000 personnes, en les séparant en quatre groupes : les volontaires actifs dans un ou plusieurs mouvements, les membres actifs dans une association ou organisation, les membres qui prennent part à la vie associative de manière passive et ceux qui n’y participent pas du tout.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct