Les Pays-Bas introduisent des quotas pour les femmes dans les sociétés cotées en Bourse

D'après elle, avec cette mesure, le "old boys network" (le réseau des vieux garçons, ndlr) deviendra de l'histoire ancienne. "Nous faisons un pas important vers l'égalité et la diversité au sommet de la vie des entreprises", estime la ministre.

Patronat et syndicats étaient également en faveur de l'introduction de ces quotas.

Concrètement, le conseil de surveillance d'une société cotée en Bourse comptant moins de 30% de femmes ne pourra attribuer un siège s'y libérant à un homme. Il restera vide jusqu'à ce qu'une femme appropriée soit trouvée.

Un "objectif" de 30% de femmes avait été défini depuis plusieurs années mais n'avait pas été suffisamment atteint. Sur les 88 sociétés néerlandaises cotées en Bourse, 58 ne pouvaient se vanter d'une telle représentation des femmes.

En Belgique, une loi sur les quotas, en vigueur depuis 2011, prévoit la nomination d'un tiers des femmes au conseil d'administration des sociétés cotées. Ces dernières années, cela y a entraîné une forte augmentation du nombre de femmes (de 8,3% en 2008 à 26,8% en 2017).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct