Coupe de Belgique: le Sporting de Charleroi face à son modèle

Bruno buteur face à Gand lors de la journée d’ouverture du championnat.
Bruno buteur face à Gand lors de la journée d’ouverture du championnat. - Belga

Ce sont deux clubs très malades, en état de faillite virtuelle même, qu’Ivan De Witte et le duo Fabien Debecq-Mehdi Bayat ont repris. Alors qu’on avait « vendu » au futur président gantois un club dont la dette se situait aux alentours de 10 millions d’euros en 1999, c’est en réalité un retard de 23 millions qu’il a fallu combler, comme l’a révélé Ivan De Witte quelques années plus tard. Au Sporting, les chiffres étaient moins colossaux (perte d’exploitation de 4,8 millions d’euros lors de l’exercice fiscal précédant la reprise), mais l’urgence première de l’administrateur-délégué était la même que ce à quoi ses homologues gantois avaient dû faire face treize années plus tôt : remettre les finances dans le vert le plus rapidement possible.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct