Les coups de crayon accusateurs du doyen de Guantánamo Bay

Le supplice du waterboarding, tel que l’a vécu Abou Zubaydah à 83 reprises.
Le supplice du waterboarding, tel que l’a vécu Abou Zubaydah à 83 reprises. - D.R

Corps nu immobilisé par des sangles de serrage, tête enserrée entre deux planches et visage couvert d’un linge empêchant le supplicié de respirer lorsque son bourreau verse l’eau ; le même corps nu replié dans un cube de la taille d’une niche pour chien ou enchaîné à une grille dans une position insoutenable : des croquis qu’on imagine sortis d’un livre d’Histoire décrivant les pratiques moyenâgeuses les plus cruelles.

Les dessins que publie le New York Times en partenariat avec le Pulitzer Center on Crisis Reporting n’ont pourtant pas vingt-ans. Ils ont été réalisés par celui qui fut le premier prisonnier soumis aux techniques d’interrogatoire pratiquées dans le tristement célèbre centre de détention de Guantánamo Bay. Techniques validées et encouragées par l’administration Bush.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct