Jean-Paul Estiévenart: «A travers cet album, vous pouvez voyager dans ma tête»

Logan Richardson, Jean-Paul Estiévenart, Antoine Pierre, Nicolas Thys, Romain Pilon et Nicola Andrioli à l’avant-plan.
Logan Richardson, Jean-Paul Estiévenart, Antoine Pierre, Nicolas Thys, Romain Pilon et Nicola Andrioli à l’avant-plan. - Kris Dewitte.

L’autre soir à Flagey, après le formidable concert d’Avishai Cohen à la trompette et Yonathan Avishai au piano, j’avise Antoine Pierre, le batteur qui multiplie les projets : «  Tu n’aurais pas envie d’avoir Avishai Cohen pour un de tes groupes ?  » Antoine me répond, tout sourire : «  Pas besoin, j’ai déjà Jean-Paul Estiévenart !  »

Il n’a pas tort, le batteur. On a, chez nous, un des meilleurs trompettistes du moment, stylé et élégant. Jean-Paul Estiévenart nous surprend, nous envoûte, nous enthousiasme avec son talent, son inspiration, ses compositions, son art de faire sonner son cuivre, son sens de l’improvisation. Il le montre chaque fois qu’il monte sur scène, avec ses groupes, avec ceux des autres. Il le montre aussi sur disque et son dernier album, Strange Bird, est vraiment magnifique. Il n’y a que lui qui ne semble pas en être totalement persuadé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct