Livres spécial cadeaux – La sorcière a mauvais genre

Livres spécial cadeaux – La sorcière a mauvais genre
D.R.

La sorcière. Elle n’a jamais disparu vraiment de notre folklore ni de notre langage. A Ellezelles, un village dans le Hainaut, chaque année, on brûle une sorcière, en souvenir d’une quadruple exécution en 1610. D’ailleurs, le livre de Céline du Chéné débute par le procès, la pendaison et le bûcher de Michée Chauderon, à Genève, le 6 avril 1652. Elle était accusée de sorcellerie, son nom fut effacé de l’état civil, ses cendres dispersées. Aujourd’hui, une allée Michée Chauderon rappelle le souvenir de cette martyre.

« Qu’on lui prête un nez crochu, des pouvoirs maléfiques ou une sexualité débridée, la sorcière est un objet de répulsion et de fascination depuis des siècles », écrit Céline du Chéné. « Personnage mythique et historique, littéraire et artistique, elle a traversé les époques sans jamais disparaître. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct