Nouveau mot de l’année 2019: à vous de voter!

Nouveau mot de l’année 2019: à vous de voter!

L’opération qui doit aboutir d’ici à la fin de l’année à la désignation du « Nouveau Mot de l’année » – soit celui qui a émergé dans la langue de façon significative au cours des derniers mois – progresse.

Entre le 19 et le 29 novembre derniers, les internautes du Soir et de la RTBF ont fait parvenir 1.169 suggestions de mots qui à leurs yeux méritaient de remporter le titre convoité. Un « succès de foule » qui a permis de faire remonter du « terrain » nombre de propositions intéressantes témoignant des évolutions que la langue française a connues au cours des douze derniers mois.

Parmi les quelque 530 propositions différentes, une sélection a été faite par un jury présidé par le linguiste Michel Francard, assisté d’Anne-Catherine Simon (centre de recherche Valibel de l’UCLouvain), et composé plus largement de journalistes de la RTBF (Annick Capelle et Medhi Khelfat) et du Soir (William Bourton et Jean-Claude Vantroyen).

Dix mots ont été retenus par le jury et sont désormais soumis au vote des internautes. Cette seconde phase de l’opération débute ce 7 décembre et se terminera le 22 décembre prochain.

Parmi les 10 mots retenus par le jury, notons la présence de cinq noms (bacster, collapsologie, éco-anxiété, gilets jaunes, poukie ou pookie), de deux verbes (brexiter, nasser), de deux adjectifs (chill, instagra(m)mable) et d’une interjection (cheh).

Pour rappel, au travers de l’opération, il s’agit d’élire le mot ou la locution qui en 2019 a connu une diffusion significative et qui n’est pas (encore) repris dans les dictionnaires usuels tels que le Petit Robert ou le Larousse.

Depuis 2015, Le Soir et le centre de recherche Valibel (UCLouvain) mènent l’opération.

Une nouveauté marque cette édition 2019 : la rédaction de la RTBF, déjà relais en 2018, participe dorénavant à toute l’opération depuis l’appel au public et jusqu’à la sélection finale de ce mot d’actualité.

En 2018, au bout des deux phases du concours, c’est malaisant qui s’était imposé. Qui pour lui succéder ?

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
 

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct