La journaliste maltaise assassinée vivait dans la peur

La journaliste maltaise assassinée vivait dans la peur
Reuters

Le mari et l’un des fils de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a deux ans, ont assuré qu’elle vivait la peur au ventre quand elle enquêtait sur la corruption au plus haut niveau du pouvoir à Malte, lors de la première audition publique vendredi de l’enquête indépendante lancée en septembre.

Trois hommes considérés comme de simples exécutants, arrêtés peu après le meurtre, sont jugés pour l’attentat à la voiture piégée dans lequel Daphne Caruana Galizia avait péri le 16 octobre 2017.

Un entrepreneur, Yorgen Fenech, a été inculpé de complicité samedi dernier. Il a mis en cause plusieurs hauts responsables du gouvernement, en particulier Keith Schembri, chef de cabinet du Premier ministre Joseph Muscat, désignant Schembri comme le « vrai commanditaire » de l’assassinat.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct