Hyperréalisme à la Boverie: les émotions à fleur de peau

Tandis que Ron Mueck réalise des sculptures géantes géants comme cet immense bébé au centre de la salle, Sam Jinks présente des personnages d’un incroyable réalisme mais plus petits que nature comme cette femme qu’on ne serait pas surpris, malgré sa taille réduite, de voir se relever tant l’attitude et le grain de la peau lui donnent une véritable apparence humaine, à la fois sensuelle et fragile.
Tandis que Ron Mueck réalise des sculptures géantes géants comme cet immense bébé au centre de la salle, Sam Jinks présente des personnages d’un incroyable réalisme mais plus petits que nature comme cette femme qu’on ne serait pas surpris, malgré sa taille réduite, de voir se relever tant l’attitude et le grain de la peau lui donnent une véritable apparence humaine, à la fois sensuelle et fragile. - D.R.

Mais que fait donc cette jeune fille, cherchant à enlever (ou à enfiler) son pull dans la première salle du parcours de la Boverie ? Il faut quelques secondes pour réaliser que, malgré son look d’ado bien actuel, il s’agit là d’une sculpture du français Daniel Firman. Première surprise d’un parcours qui n’en manque pas. Dès la salle suivante, on hésite devant deux membres du personnel semblant attendre les directives de leur supérieur. L’un est assis sur un coffre à outil, le regard perdu dans le vide, une foreuse à ses pieds. L’autre, appuyé à une escabelle, arbore un air soucieux. Là encore, il faut un moment pour se convaincre qu’il ne s’agit pas de deux ouvriers de l’équipe du musée mais bien d’une sculpture… en bronze de Duane Hanson, datant de 1993. En bronze mais avec les vêtements et les vrais cheveux des deux ouvriers d’un musée allemand lui ayant servi de modèle. D’où leur réalisme criant.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct