La peur du néo-nazisme envahit un coin reculé du New Jersey

Joseph Rubino avait de nombreuses armes chez lui.
Joseph Rubino avait de nombreuses armes chez lui. - D.R.

Tout a commencé par un banal accident de la route. Le 24 juillet dernier, un barbu costaud de 57 ans, Joseph Rubino, perdait le contrôle de sa fourgonnette blanche Chevrolet sur une route du comté de Sussex, dans le New Jersey, et percutait un arbre. Blessé, cet ancien membre d’un clan de motards était héliporté vers l’hôpital le plus proche, dans ce comté situé 80 kilomètres à l’ouest de New York, au pied des monts Poconos de Pennsylvanie. Les policiers découvraient alors un impressionnant arsenal dans le véhicule, puis au domicile du conducteur : un lance-grenades, dix-sept fusils, des silencieux, un gilet pare-balles, de la métamphétamine en pagaille, et une montagne de fascicules de propagande néo-nazie. Inculpé, entre autres, de trafic de drogue, ce qui pourrait lui valoir la prison à vie, Rubino arpentait les foires aux armes, y vendait toutes sortes de matériel et en profitait pour faire de la réclame autour de la suprématie blanche.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct