Géraldine Schwarz, écrivaine franco-allemande: «Le travail de la mémoire fait peur à la Belgique»

Géraldine Schwarz
Géraldine Schwarz - Bruno D’Alimonte

Géraldine Schwarz a écrit en 2017 Les Amnésiques. Son livre analyse la question du travail de la mémoire en Allemagne. L’occasion de voir avec l’écrivaine quels enseignements nous pouvons en tirer à notre époque, et chez nous aussi.

Comme une enquête de la RTBF vient de le mettre en avant, la Wallonie sous l’occupation avait aussi une part d’ombre. Mais comment expliquer que cette facette soit si souvent masquée ? « C’est une particularité de la Belgique. Le pays a peur que le travail de la mémoire ne creuse les conflits intercommunautaires ». Pourtant, l’effet serait contraire, à en croire l’auteure. « C’est parce qu’on ignore une mémoire ou qu’on rejette la mémoire de l’autre qu’on creuse les divisions intercommunautaires. Le travail de mémoire sert au contraire à unifier la société ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct