«Lola vers la mer»: pour les invisibilisés de notre société

«Lola vers la mer»: pour les invisibilisés de notre société

Octobre 2018, Rebecq dans le Brabant wallon, quelque part le long de la chaussée de Mons. « L’Aphrodisia, club privé », signale l’enseigne. Il fut un temps où l’endroit était, dit-on, un club échangiste à l’insu même de son propriétaire ! Pour l’heure, Laurent Micheli y tourne une scène de son deuxième long-métrage après Even lovers get the blues . Benoît Magimel y joue le père d’une fille trans incarnée par Mya Bollaers. Les deux personnages se sont arrêtés dans ce bar alors qu’ils étaient en route vers la Côte où ils partaient disperser les cendres d’une épouse et mère tout juste décédée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct