En Algérie, ce sont les démocrates qui refusent de voter

Ce 9 décembre encore, les jeunes Algériens protestaient contre l’élection présidentielle prévue jeudi.
Ce 9 décembre encore, les jeunes Algériens protestaient contre l’élection présidentielle prévue jeudi. - Ramzi Boudina/ Reuters.

Il ne faut y voir aucun effet du hasard : ce mardi à Alger, deux jours avant l’élection présidentielle, une brochette d’anciens ministres (dont deux ex-Premiers ministres, Ouyahia et Sellal) et d’hommes d’affaires ont été condamnés à de lourdes peines, 12, 15 ou 20 ans de prison, pour des faits de corruption. Pour la première fois depuis l’indépendance en 1962, des responsables de haut rang subissent l’humiliation d’une condamnation infamante de la part d’une « justice » connue pour sa servilité vis-à-vis du pouvoir.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct